skip to Main Content

Lancelot (7 ans), Ysé (13 ans), Balthazar (16 ans)

et leurs parents à Cuba

Palais en ruine, vieilles voitures américaines, gentillesse et humour cubain, salsa et mojitos, promenades à cheval entre bananeraies et champs de tabac… Cuba en famille, « si, se puede »!

10 jours, février : La Havane, Trinidad, Vinales


Ce qu’on a adoré à Cuba en famille

Parcourir le Malecon, à La Havane, à l’arrière d’une belle américaine décapotable ! Une balade inoubliable sur le front de mer, le long de cette promenade mythique bordée par les magnifiques palais en ruine… Sans hésiter, découvrir La Havane en se baladant en voiture est un vrai plaisir -partagé par les enfants qui n’adorent pas marcher ! Beaucoup de ces vieilles voitures sont des taxis, mais les cubains les utilisent aussi au quotidien : comment ne pas s’extasier en croisant Chevrolet, Buick, Pontiac ou Oldsmobiles de collection, que les cubains entretiennent avec amour et efficacité ? Amusant aussi avec les enfants, les « coco-taxi » jaunes et pétaradants qui se faufilent partout.

Faire de longues promenades à cheval en famille dans les plantations de bananiers (Trinidad) et les champs de tabac (Vinales). Accompagnés par un vrai vaquero, qui monte sans selle, avec des bottes à éperons, nous avons fait une grande balade au pas, idéale pour les cavaliers « niveau zéro » que nous sommes… Nous avons même traversé une petite rivière : un petit goût d’aventure qui a beaucoup plu aux enfants! Prévoir des chaussures fermées, un pantalon, une casquette et un peu d’eau. Se renseigner sur place, on trouve très facilement un guide pour organiser une balade sur mesure (5 CUC/heure, entre 1 et 4 heures, pour les plus chevronnés).

Respirer l’odeur de havanes… en visitant l’usine de fabrication à la Havane : les ouvriers travaillent à la pièce, du tri des feuilles, au roulage et à la mise en presse des cigares… Le travail est dur, répétitif, ce qui n’a pas empêché un jeune ouvrier de faire un clin d’œil à notre fils en lui lançant un cigare à la volée! Visite accompagnée en français (30 mn environ), et même si l’aspect technique n’est pas passionnant pour les enfants, le lieu est impressionnant, avec son odeur pénétrante de havanes… surtout si l’on pense que Cuba fournit les amateurs du monde entier ! Ne pas manquer d’aller voir la belle façade de l’usine historique Partagas, désormais fermée, derrière le Capitole (Calle Industria 520).

Les cubains ! Chaleureux, souriants, généreux, cultivant l’art de la débrouille… et adorables avec les enfants ! Pour eux, ils trouvent du chocolat en poudre, une assiette de frites supplémentaire (« por bébé », 7 ans quand même !), les initient au base ball, offrent un bloc de papier pour dessiner alors que c’est quasi impossible d’en trouver sur place et du coulis de mangue maison à rapporter parce qu’on a trouvé ça délicieux… Et avec humour, malgré les difficultés du quotidien : approvisionnement, transport (partout les gens font du stop, se déplacent à l’arrière de camions, dans des charrettes tirées par des chevaux)… Quand sollicitation il y a (cigares, chambres d’hôte), elles ne sont jamais très insistantes et un simple « non merci » suffit.

Admirer des centaines de poissons colorés à Caleta Buena ! Un endroit vraiment sublime  (à 8 km de Playa Giron, dans la Baie des cochons) où plonger avec masque et tuba dans un lagon à l’eau turquoise, pleine de poissons multicolores ! C’est très facile pour les enfants. L’endroit est aménagé avec quelques transats et paillotes, très tranquille, avec peu de monde. Un peu cher, mais on ne le regrette pas (entrée 15 CUC/personne avec un repas + boissons et accès à la crique). Un enchantement qui mérite au moins une après-midi ! Idéal pour faire étape entre La Havane et Trinidad.

Se baigner face à un paysage époustouflant à Vinales! La piscine de l’hôtel Los Jazmines offre un panorama splendide sur la vallée et les Mogotes, vraiment superbe au coucher du soleil. Apporter sa serviette, car l’hôtel n’en fournit pas même si l’entrée à la piscine est payante (3 CUC) quand on n’est pas client de l’hôtel. Sinon le restaurant semble à éviter, et un séjour dans l’hôtel, à moins d’avoir une chambre dans un petit bungalow de l’aile gauche, n’est pas indispensable.

Savourer un mojito à l’Hotel Nacional, une institution de La Havane –d’ailleurs, la Pina colada est parfaite également : pause luxe dans les grands fauteuils en osier du salon extérieur, cocktail à 4 CUC, avec petit orchestre… Evidemment ce n’est pas là qu’on découvre la vie locale, mais c’est un moment bien agréable !

Retrouver ses ados, privés de portable et de wi-fi ! Bien sûr, c’est facile pour nous qui sommes touristes, moins facile à vivre pour les cubains privés de presse, de radio, d’internet et de nouvelles du monde. Mais il faut l’avouer, quel bonheur quand les enfants se déconnectent ! Voilà l’occasion de lire, de s’embêter, de dessiner, de jouer aux cartes ensemble : ciao monde virtuel, bienvenue dans le monde réel ! Monde réel, quoique… où la publicité, les sollicitations permanentes et le consumérisme ont été remplacés par les slogans officiels !

Nos endroits préférés à Cuba avec les enfants

La Havane : une ville pleine de contrastes ! Impossible de ne pas tomber sous le charme, entre le choc des couleurs, la vie effervescente au pied des palais en ruine, les vieilles américaines… Un petit aperçu des quartiers :

-Habana Vieja, la vieille ville historique très restaurée, est presque devenue un musée en plein air. Hyper touristique vers la calle Obispo, ce n’est pas notre quartier préféré.

-Centro, au contraire très délabré. On y entrevoit les conditions de vie ultra difficiles des cubains, avec les petits métiers de la rue, dans des palais décrépis, voire carrément en ruine …

-Vedado, quartier plus résidentiel mais plein de charme. Agréable de se promener à pied pour découvrir les villas un peu décrépies et d’étonnants bâtiments, comme le cinéma Yara sur la Rampa et le mythique Hôtel Havana Libre où Fidel, vainqueur, établit son QG…

A quelques kilomètres du centre, la Finca Vieja –Casa de Hemingway est une belle maison à visiter, surtout si l’on aime Hemingway !

Trinidad : ville coloniale, sol pavé, et magnifiques maisons historiques aux façades colorées. Très beau centre historique piéton (très touristique, quasiment toutes les maisons sont devenues des chambres chez l’habitant !), avec plein d’endroits pour écouter de la bonne musique live et danser si le cœur vous en dit. Ne pas hésiter à quitter le centre pour se balader dans les rues, et par exemple entrer dans un « magasin » cubain où l’on paie en monnaie nationale : dans des vitrines poussiéreuses se côtoient quelques objets hétéroclites, cinq tuyaux coudés, quatre dentifrices, trois crayons à papier…

Un mot sur Cienfuegos : petite ville paisible, pour une halte agréable. Sur la place coloniale, joli café où se rafraîchir.

La Valle de Los Ingenios, aux environs de Trinidad : paysages magnifiques, halte pour un déjeuner plein de charme (voir où manger) et balade à cheval en famille…

Et Caleta Buena : le spot baignade et snorkeling avec les enfants dans la Baie des Cochons !

Où dormir en famille à Cuba

En « casa particulares », comme à la maison ! Une expérience agréable et intéressante pour être contact avec des cubains. Un plus en famille : on peut laisser les grands enfants ou organiser un baby sitting pour aller faire un tour à deux… et boire un mojito ! Excellent rapport qualité/prix, économique et confortable en famille (compter entre 40 et 60€ environ par nuit pour 2 chambres).

A La Havane, La Colonial 1861 dans le joli quartier calme de Vedado. Bed and breakfast dans une jolie maison historique, meublée avec goût. Armando, le propriétaire est très sympathique et n’hésite pas à répondre à vos questions et vous aider. Nous avions réservé un transfert depuis l’aéroport : quelle belle surprise de découvrir la Chevrolet 1942 qui nous attendait !

A Trinidad, Casa Colonial El Patio : magnifique maison coloniale du 18e siècle, dans un superbe jardin tropical avec rocking chair sous les manguiers. Accueil sympathique de Manuel Castillo et de sa femme, qui parle français. Nous y avons aussi très bien dîné : un régal de langouste ! La chambre dans la maison principale est très spacieuse, meublée avec du mobilier ancien, pleine de charme. Celles qui donnent sur le jardin sont beaucoup plus ordinaires… Pour y accéder en voiture (zone piétonne), simplement indiquer à la personne devant la barrière que l’on se rend dans cette casa. Ciro Redondo #274 – Trinidad-  tel: 00 53 41 99 43 01

A Vinales, El Cafetal. En pleine campagne, au pied des mogotes, une maison très accueillante avec une propriétaire charmante. Simple et économique. Réservation par mail : elcafetal@correodecuba.cu, ou mieux par tel: 00 53 52 23 91 75

– Autres hébergements :

A La Havane, nous avons également passé une nuit au Convento Santa Brigida, tenu par des sœurs. Les chambres sont très spacieuses, très propres et luxueuses pour Cuba (télé, baignoire,etc.)… mais donc nettement plus chères. Pratique pour visiter Habana Vieja. Réservation par mail : brigidahabana@enet.cu

Motel Batey don Pedro : un petit coup de cœur ! Bungalows en bois, très sommaires, avec peu de confort, une salle de bain délabrée… et pourtant le coucher de soleil dans le rocking-chair sur notre petite terrasse reste vraiment un beau souvenir ! Très économique, et pratique pour faire une étape autour de Caleta Buena. Carretera Playa Girón, Km 1 1/2 , Península de Zapata, Matanzas, Cuba. Tel: (53 45) 91-2825, 91-33842, 98-7212 – Email: carpeta@donpedro.co.cu

Où manger avec les enfants

Le choc des couleurs… mais pas des saveurs ! Rien de bien incroyable côté cuisine, peu variée : poulet + riz ou porc + riz ou langouste les soirs de fête… Quelques bons fruits (ananas et goyave), manioc,  banane  plantain frite ou en chips… et on a fait le tour ! Mais cette cuisine créole simple, peu épicée, convient bien aux enfants. Les repas pris dans les casa sont de loin les meilleurs ! Bons et copieux en général, vos hôtes mettent les petits plats dans les grands pour que vous vous sentiez bien.

Pour dîner à La Havane, notre coup de cœur : Paladar La Guarida. A second étage d’un palais délabré surgit ce restaurant inattendu. Son cadre magnifique et plein de charme a servi de décor au film « Fresa y chocolate ». Superbe, en plus on y mange très bien ! Réservation indispensable, longtemps à l’avance. Concordia No.418 /Gervasio y Escobar. Centro Habana. Tel:+5378669047 – paladar@laguarida.com

Nous avons aussi beaucoup aimé déjeuner au Paladar Doña Eutimia, sur une très belle place  de Habana Vieja. La cuisine y est très bonne. Réservation recommandée. Callejón del Chorro No.60 C, Plaza de la Catedral. Habana Vieja; Teléfono: 052706433.

A Trinidad, dans la Valle de Los Ingenios, l’hacienda Guachinango. Un endroit plein de charme, avec une belle maison ancienne. Les poulets déambulent entre les tables de la terrasse… pendant qu’on mange la spécialité de la maison, le délicieux poulet doña Ines ! C’est là également que sont proposées des promenades à cheval dans la plantation.

Attention pour les trajets, vous ne trouverez rien sur l’autoroute ! Au mieux, sur 300 km,  une petite paillote avec des fruits et des bananes, au pire… des crackers chinois « au goût synthétique de beurre » -mais qui, faute de mieux, nous ont paru délicieux ! Possibilité : demander à la casa de vous préparer des sandwichs pour la route et emporter de l’eau.

Emporter éventuellement quelques paquets de gâteaux pour les enfants car il est difficile de trouver quelque chose à grignoter les premiers jours quand la faim se fait sentir très très tôt le matin…

Ce qu’on a moins aimé

Playa Ancon : La plage au sud de Trinidad (5 km). Pas si belle, avec un vilain hôtel derrière… Il faut au moins s’éloigner et marcher vers le bout de la plage. La mer est jolie, mais la plage bof. Nous avons encore moins été emballés par Rancho Luna, au sud de Cienfuegos.

Les belles cubaines au bras de touristes bedonnants, et les jeunes hommes qui invitent  avec insistance les touristes à danser… un aperçu du tourisme sexuel à Cuba, destination phare pour les célibataires (hommes et femmes) à la recherche d’aventures, le plus souvent payantes.

Le monde parallèle du touriste, avec sa monnaie spéciale : des endroits où les cubains ne peuvent pas aller, des magasins bien fournis où la population ne peut rien se payer, de la langouste pour les uns et le parcours du combattant pour les autres…. Presque tout se vend en CUC, la monnaie convertible, seuls les produits de base pour se nourrir s’achètent en pesos.  Le tourisme, élevé au rang d’industrie par l’état, rapporte sans doute beaucoup de devises, mais seulement à ceux qui sont en contact avec les touristes.

L’attente pour embarquer à l’aéroport de la Havane et la taxe de 25€/personne.

Bon à savoir

Attention à La Havane : on trouve plein de taxis dans le centre historique, mais quasiment plus aucun quand on s’éloigne. A Miramar, par exemple, nous nous sommes retrouvés « coincés » le soir pendant un bon moment…

Très souvent, notre fils de 7 ans n’a pas payé : l’entrée à Caleta Buena, la promenade à cheval… Il n’y a pas vraiment de règle, il s’agit plutôt d’une faveur faite aux familles nombreuses,.

Avec un décalage horaire de 6 heures à Cuba, l’idéal serait de faire une petite sieste dans l’après-midi pour ne pas piquer du nez dans son assiette à l’heure du dîner.

Côté précautions sanitaires : ne jamais boire l’eau du robinet, ne pas consommer de crudités et se laver souvent les mains. Veiller en particulier aux enfants qui sucent leur pouce, ce qui est un peu problématique ! Nous avons bu les jus de fruits coupés à l’eau dans les casas (avec de l’eau « filtrée »), donc pas de souci a priori… et craqué malgré nos bonnes résolutions pour les glaçons dans le mojito ! Mais seulement dans le mojito ! Partir avec une trousse de médicaments bien fournie pour toute la famille, ainsi que la para-pharmacie (produit pour les lentilles, serviettes hygéniques, etc.), introuvable ailleurs qu’à la pharmacie internationale de La Havane. On peut laisser les médicaments non utilisés sur place (à un médecin, un dispensaire de campagne, aux sœurs du couvent à La Havane…). Il n’y a pas de moustiques à cette période de l’année. Sinon, bien se protéger (épidémies récurrentes de dengue).

Les cubains, et en particulier les plus démunis, manquent de beaucoup de choses : savon, shampoing, petits jouets pour les enfants de la casa qui vous reçoit et leurs petits voisins, tee-shirts, crayons de couleur (donnés dans une école, que la maîtresse a partagé). Vu qu’il n’y a quasiment rien, ne pas hésiter à emporter des petits cadeaux…

Pour explorer Cuba en famille, nous avons loué par internet une voiture Rex, sans aucun problème. L’autoroute  entre La Havane et Piner del Rio (pour Vinales) est très bien, comme entre la Havane et Aguadas de  Pasajeros (vers Trinidad). Il est absolument indispensable d’acheter une bonne carte routière, soit à l’aéroport de la Havane, soit en ligne avant de partir. Les routes secondaires sont parfois en très mauvais état, se renseigner sur place.

Formalités administratives : passeport en cours de validité + « carte touristique » (25€ par personne, faire la demande à l’ambassade) + assurance médicale (fournie par la carte de crédit sur demande).

A mettre dans la valise pour partir à Cuba

Il faut vraiment prévoir tout ce dont vous aurez besoin sur place. On ne trouve quasiment rien à Cuba, si ce n’est dans quelques boutiques en CUC (monnaie des touristes) peu fournies.

  • du savon et du shampoing (les casas n’en fournissent pas)
  • du désinfectant pour se laver les mains
  • crème solaire indice élevé
  • répulsif anti-moustique, suivant la saison
  • un sweat-shirt pour le soir et les jours sans soleil
  • bloc, cahier, papier et crayons pour dessiner
  • masque/tuba/serviette de plage
  • quelques livres : guides complet sur Cuba, comme Le Routard Cuba ou le Lonely Planet (moins récent)
  • une carte routière

Côté littérature cubaine (mais pas pour les enfants !), coup de cœur pour Zoé Valdès, La douleur du dollar ou Reinaldo Arenas, Avant la nuit…

Et bon voyage à Cuba avec les enfants !


Back To Top