skip to Main Content

10 choses étonnantes quand on voyage en Sibérie !

A quoi s’attendre quand on voyage en Sibérie ? A quoi ressemble la plus vaste province russe, vingt fois grande comme la France, qui s’étend de l’Oural au Pacifique ?

Ce n’est pas encore l’Asie, plus tout à fait l’Europe, mais un immense « nulle part » (d’autant plus fascinant), où peut-être se niche la fameuse âme russe ! Je n’aurai pas la prétention de dire que je l’ai rencontrée, mais je rapporte de notre grand voyage en Transsibérien quelques instantanés de Sibérie, saisis au fil des paysages qui défilaient à la fenêtre du train et de nos escales à Tomsk, Irkoustk et au lac Baïkal. J’imaginais les forêts de bouleaux à perte de vue, la nature sauvage, les ours peut-être, mais pas forcément à… voyage en Sibérie

Voir autant d’isbas dans les campagnes de Sibérie !

On aperçoit ces petits hameaux de maisons russes traditionnelles, tout en bois, au long de la traversée en train. De temps à autre, apparaît une isba isolée, en pleine nature. Un peu délabrées, de guingois, avec leur fenêtres et leurs volets peints en bleu ou vert vif, elles semblent surgies d’un autre temps.

 

C’est tout l’univers des merveilleux contes russes… et on s’attend à en voir sortir la sorcière Baba Yaga !

 

Dans les villes de Tomsk et d’Irkoutsk, on trouve encore des rues entières, voire des quartiers, de maisons anciennes en bois, certaines toujours habitées.

 

Et puis, à Tomsk en particulier, on peut admirer ces maisons bien plus sophistiquées et cossues, sur lesquelles le bois est travaillé comme de la dentelle. C’est très beau, mais finalement bien moins touchant que les petites isbas !

 

     

 

Littéralement me gaver de framboises !

Nous étions en Sibérie au mois de juillet, et partout (étals de marchés, babouchka sur les quais aux arrêts du train…) s’offraient ces belles framboises justes cueillies. Rien à voir avec celles qu’il m’arrive (bien rarement, vu le prix) d’acheter en France : encore chaudes de soleil, juteuses et parfumées ! Autant dire qu’on se régale et qu’on grignote ça comme des bonbons, au petit déjeuner ou en se baladant. Et ce n’est pas un luxe : 1€ les 500 grammes ! 

 

Me retrouver habillée en costume russe !p !endant ce voyage en Sibérie

Non, je ne suis pas partie avec une coiffe et une robe longue dans mes bagages pour le Transsibérien ! C’est au Musée d’Histoire de Tomsk que l’on peut louer ces costumes (j’ai envie de dire emprunter, car ça coûte 75 centimes, autant de temps que l’on souhaite). Une séance photo bien évidemment très amusante dans les jardins du musée… et toujours un vrai plaisir de se déguiser !

 

Constater que les russes ne boivent pas que de la vodka !

Bien sûr, la vodka reste la boisson nationale et je n’ai jamais vu d’aussi grands rayons dans les supermarchés. Mais j’ai surtout vu sur les tables, en plein été, des grands verres d’une belle boisson rouge : le « mors ». C’est une recette très ancienne, à base de baies sauvages : canneberge le plus souvent, mais aussi airelles, mûres ou groseilles. Les fruits sont cuits, légèrement sucrés, puis mixés et dilués avec de l’eau.

On obtient une boisson désaltérante, délicieuse… et bourrée de vitamines. La Sibérie étant le paradis des baies –rouges, bleues, violettes à profusion–, le mors (à 1€ le verre) est un délice dont on ne prive pas.

©Emily Han

 

Etre accueillie dans la cuisine d’une famille russe !

Malgré la barrière de la langue, car presque personne ne parle anglais –et les idées reçues sur les « méchants russes » dont on nous farcit le cerveau–, c’est l’un des rares endroits en voyage où j’ai été invitée à partager un repas familial. Encore spassiba à Mikhaïl, un jeune garçon d’Irkoustk, et sa famille en vacances au lac Baïkal, qui nous ont invités à prendre le petit déjeuner chez eux, avec la kasha tiède (sorte de porridge), du thé en abondance et du saucisson industriel (je précise, aucun rapport avec la photo). voyage en Sibérie

Pendant ce voyage en Sibérie, les passants nous ont aidé à trouver notre chemin, la jeune fille de l’hôtel m’a fait la surprise d’un petit gâteau avec une bougie le jour de mon anniversaire, le chauffeur de taxi nous a montré les photos de ses enfants en nous expliquant (en russe) qu’ils étaient en vacances chez babouchka et dietouchka… Il faut dire qu’il y a si peu d’étrangers que ça suscite l’étonnement (traduction des mimiques) : « Paris ? Oooohhh, c’est loin ! » avec me semble-t-il, sous-entendu : « Mais qu’est-ce que vous venez faire ici ?!… »

 

En Sibérie,  les trains et les gares restent à l’heure de Moscou !

L’immense Russie est le seul pays au monde traversé par… 11 fuseaux horaires ! Ainsi, quand il est midi à Moscou, il est 17:00 à Irkoustk, capitale de la Sibérie, et 19:00 à Vladivostock. Pour éviter la confusion, les chemins de fer russe ont décidé de rester à « l’heure de Moscou« , où que l’on se trouve dans le pays : les horloges des gares, comme celles dans le train ne sont donc jamais les mêmes que l’heure affichée dans la ville ou sur votre montre !

Pour les voyageurs, ça demande un peu d’attention et de gymnastique mentale : si votre train part à midi, c’est donc midi heure de Moscou, pas midi en Sibérie !

 

Les vitrines de magasins ont un petit air post-soviétique !

Alors que Moscou n’a rien à envier aux autres capitales côté shopping, les devantures des magasins des petites villes de Sibérie sont d’un autre temps. Les boutiques elles-mêmes sont souvent des espaces partagés (ça ressemble plus à une sorte d’expo municipale qu’à un mall), éclairés au néon, et clairement les designers ne sont pas passés par là pour refaire les vitrines ! Entre l’héritage des magasins d’Etat et la boutique de province vieillotte, façon « A la mode de Paris »…

 

 

 

 

En Sibérie, on peut conduire à droite… avec le volant à droite !

On conduit en Russie comme en Europe, sur la voie de droite. Mais en Sibérie, un bon nombre de voitures ont la « conduite à droite », c’est-à-dire le volant à l’anglaise. Pourquoi ? Et bien tout simplement parce qu’un bon nombre de voitures d’occasion sont importées du Japon, donc équipées pour le Japon, où l’on conduit à gauche !

C’est assez surprenant et évidemment pas très prudent (imaginez juste de doubler… sans même pouvoir donner un coup d’oeil dans le rétroviseur avant !),  mais visiblement courant en Sibérie.

 

Lénine et Karl Marx ont toujours leurs rues, leurs places et leurs statues

Je pensais que près de 30 ans après la fin de l’URSS soviétique et du régime communiste, toutes les rues auraient été rebaptisées et les statues déboulonnées. Mais non : à Irkoustk, la rue Karl Marx (Ulitsa Karla Marksa) est une grande rue pleine de restaurants, tandis que c’est rue de la révolution d’Octobre que se trouvent les bars les plus sympas. A Tomsk, on peut voir sur la grande Place Lénine (Ploschad Lenina) trôner cette statue du chef de la Révolution bolchévique, indiquant la direction à prendre (aux automobilistes, blague locale).

En revanche, ne cherchez pas la rue Staline : s’il y en a un qui a complètement disparu du paysage, c’est celui dont le nom est indissociable du du goulag sibérien.

 

L’été en Sibérie, le soleil brille aussi !

S’il y a bien un endroit qui évoque le froid, la neige et les étendues glacées, c’est la Sibérie. D’ailleurs, j’ai appris là-bas un proverbe russe qui dit : « En Sibérie, l’hiver dure douze mois. Le reste, c’est l’été »… voyage en sibérie

Ce n’est pas tout à fait vrai : l’été le soleil brille, il fait doux, et on profite de longues soirées car le soleil se couche vers 22:30. La seule chose qui manque un peu, ce sont les terrasses : assez logiquement, ça ne fait pas vraiment partie de culture locale !

Voyage e

Vous voulez en savoir plus ? Retrouvez tous les articles sur le

Voyage en Transsibérien  

Blog voyage Sibérie en été
A conserver sur Pinterest !

 

n Sibérie

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top